Skip to main content

Bactériologie

Surfrider Foundation a pendant de nombreuses années, développé des recherches en laboratoire dans le traitement des eaux de baignade. Ces analyses effectuées régulièrement et localement permettent d’établir des suivis précis de la qualité des eaux. Aujourd’hui, l’ensemble de ces résultats de recherches viennent soutenir le discours de Surfrider quant à la volonté de les rendre plus accessibles aux usagers et homogènes à l’échelle européenne.

Un protocole scientifique encadré

Afin d’apporter des informations relatives à la qualité des eaux littorales tout au long de l’année, Surfrider Foundation a mis en place un suivi complémentaire des eaux des zones d’activités nautiques sur les littoraux de Nouvelle Aquitaine et de la Région PACA.

Ces analyses, initiées par Surfrider au début des années 2000, prennent comme référence la Directive Européenne 2006/7/CE sur la qualité des eaux de baignade pour le protocole et les seuils de concentrations, et ciblent les zones d’activités nautiques à forte fréquentation. Les suivis s’appuient sur des bénévoles qui, encadrés par Surfrider, réalisent les prélèvements.

Une information essentielle

En pleine saison estivale, ces derniers portent un intérêt tout particulier à la qualité des eaux littorales. Pour certains, elle peut constituer un critère déterminant pour élire leur destination de vacances.

Pour les pays membres de l’Union européenne, elle représente de ce fait un véritable élément de marketing territorial, pouvant influencer l’attractivité touristique.

La nature de l’information à fournir aux usagers est réglementée mais la mise en forme ne l’est pas et change d’une collectivité à l’autre. Comment se retrouver dans ce manque d’homogénéité ?

Mieux comprendre l’information

Les analyses bactériologiques effectuées par les ARS, couplées à des modèles prévisionnels, constituent un outil d’aide à la décision permettant d’évaluer le risque de pollution de l’eau au cours de la journée. Le Maire, responsable des eaux de baignades sur sa commune, rédige un arrêté interdisant la baignade et toutes autres activités nautiques sur la zone soumise à la surveillance.

La Directive Européenne Eaux de Baignade de 2006 impose uniquement le suivi de deux paramètres bactériologiques, Escherichia coli et entérocoques intestinaux. Ces deux bactéries témoignent d’une contamination fécale de la masse d’eau. Naturellement présentes dans le système digestif humain et animal, elles attestent d’une probable présence de d’autres germes pathogènes. Plus la concentration en Escherichia coli et entérocoques intestinaux est élevée, plus le risque sanitaire est important.

En France, les communes payent la surveillance mais ce sont les Agences Régionales de Santé (ARS) qui décident la fréquence et missionnent des laboratoires pour procéder aux campagnes de prélèvements. Les résultats de ces prélèvements ponctuels sont consultables sur chaque site de baignade concerné, généralement au niveau du poste de secours, mais également en mairie ou sur internet.

@