S’adapter face au changement climatique : Le GIEC dévoile le second volet de son rapport

01/03/22

Tandis que le premier volet du sixième rapport du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) décrivait de manière factuelle le changement climatique, le second volet paru le 28 février en dévoile l’étendue des effets réels et potentiels. Mais plus important, il développe la manière dont les sociétés humaines peuvent et doivent s’adapter pour en atténuer les impacts néfastes.



DES IMPACTS DÉJÀ  VISIBLES

Là où le dernier rapport pointait les liens entre activité humaine et dérèglement climatique, le GIEC s’attaque dans ce deuxième volet aux conséquences et à l’adaptabilité nécessaire. Le nouveau rapport du GIEC dresse donc une liste des conséquences du changement climatique qui sont déjà observées à travers le monde : vagues de chaleurs, sécheresse, inondations, évènements climatiques extrêmes. Elles sont nombreuses et beaucoup concernent les zones littorales, l’Océan et les écosystèmes marins, dans toutes les régions du monde. Blanchiment des coraux, acidification de l’océan, montée des eaux, effondrement de la biodiversité, difficulté d’accès à l’eau potable…

Presque la moitié de la population connaît des pénuries d’eau au moins une partie de l’année ”

L'Océan, essentiel dans la régulation du climat se trouve ainsi profondément menacé, ainsi que les populations qui en dépendent. Nous ne sommes plus dans les projections, nous en constatons dès à présent les effets alarmants.

« L'ampleur et le rythme du changement climatique et des risques associés dépendent fortement des mesures d'atténuation et d'adaptation à court terme. »

Ce n’est donc un secret pour personne, il faut agir aujourd’hui pour saisir la fenêtre d’opportunité qui nous est offerte.



ADAPTER NOS SOCIÉTÉS

Les effets du changement climatique exacerbent les inégalités entre les populations : si personne n’est épargné, certaines régions et populations sont davantage impactées et les plus fragiles voient leur vulnérabilité augmenter. Ce deuxième volet du GIEC met en avant l’injustice climatique : les sociétés les plus vulnérables et les moins responsables du changement climatique en subissent les conséquences de plein fouet, et ont souvent moins de possibilité d’adaptation.

Les mesures d’atténuation ne seront pas suffisantes pour diminuer les effets du changement climatique. Le rapport du GIEC montre que sans mesure d'adaptation suffisante, les risques et les impacts liés au changement climatique seront encore plus forts. Il est donc nécessaire de mettre en place des mécanismes d’adaptation en complément de mesures d’atténuation. Une stratégie de développement résilient au changement climatique est possible mais la fenêtre d’action se réduit à mesure que le temps passe. Nous avons une brève occasion d’agir pour limiter les catastrophes de demain. Ce sont des choix sociétaux qui doivent être faits de façon systémique, à la fois en matière d’atténuation et d’adaptation. Il faut des actions politiques ambitieuses, mais également des actions de sensibilisation de la population, et des espaces de concertation.

Concernant les espaces marins et littoraux, largement victimes des effets du changement climatique, l’une des principales solutions est la protection et la restauration des espaces côtiers avec une bonne gestion de ces milieux. Les zones humides par exemple protègent de l’érosion et des inondations.

Il faut toutefois rester vigilant, une maladaptation est aussi possible, c’est pourquoi Surfrider Europe, en se basant sur les travaux du GIEC, promeut une adaptation fondée sur les écosystèmes qui respecte la nature et s’appuie sur ses ressources comme vecteur de solutions durables.



LE TEMPS DE L’ACTION

Ce deuxième rapport du GIEC rappelle l’importance de limiter le réchauffement global à 1,5°C (rappel : il est déjà évalué à environ 1,1°C entre l’aire préindustrielle et 2020). Si le réchauffement global dépasse, même transitoirement, les 1,5 °C, les risques pour les écosystèmes et les sociétés humaines seront plus élevés et plus graves. Au-delà de 2°C de réchauffement global, les risques d’effondrement de la biodiversité augmentent considérablement, ainsi que les coûts de l’adaptation. Non seulement les effets du changement climatique seront plus forts, mais il sera encore plus difficile de s'y adapter.

Chaque dixième de degré supplémentaire de réchauffement global compte, il est donc urgent d'agir. Même si certains écosystèmes ont déjà atteint ou dépassé leur seuil d’adaptation, comme certains récifs coralliens, une réponse forte avec des mesures systémiques à l’échelle des gouvernements aura un impact direct et élevé.

La dernière phrase du rapport pour les décideurs illustre bien l’urgence qu’il y a agir ensemble et à l’échelle mondiale, pour limiter les dégâts, et parce qu'après, il sera trop tard :

“Les preuves scientifiques cumulées sont sans équivoque : Le changement climatique est une menace pour le bien-être humain et la santé planétaire. Tout retard supplémentaire dans l’action mondiale concertée et anticipée en matière d’adaptation et d’atténuation des effets du changement climatique manquera une brève occasion, qui se referme rapidement, de garantir un avenir vivable et durable pour tous.”


QUE PROPOSE SURFRIDER ?

L’adaptation est un enjeu majeur pour Surfrider Europe, avec des mesures d’adaptations raisonnées et basées sur la nature et ses écosystèmes. Mais l’adaptation ne peut se penser sans des mesures d’atténuations en amont, qui doivent rester la priorité économique et politique.

Les zones côtières sont les premières concernées et victimes de la réalité du changement climatique. Aujourd'hui, plus de 200 millions de citoyens européens vivent près des côtes et sont confrontés aux risques d'inondations côtières, d'élévation du niveau de la mer et d'érosion. Environ 50 % des plages mondiales pourraient disparaître d'ici 2100.

Grâce à son travail de cartographie interactive, Surfrider propose une observation du littoral et du changement de ses contours au cours des années. Le constat qui s’impose est alors frappant, nos paysages changent c’est pourquoi il est nécessaire de s’adapter en parallèle de mesures concrètes pour atténuer le changement climatique. Il existe 4 stratégies d’adaptation côtière : la protection, la réhabilitation, la relocalisation et la surveillance passive. Bien que l’approche doive être choisie et adaptée en fonction des particularités de chaque territoire, Surfrider préconise des méthodes dites “douces”, notamment les solutions d’adaptation fondées sur la nature, car leur impact sur les écosystèmes du littoral et leur coût est largement inférieur aux méthodes “dures”.

Par le programme Surfrider Coastal Defenders, la communauté et les bénévoles de Surfrider luttent chaque jour pour préserver nos littoraux à travers l’Europe. S’il y a bien une chose qu’il faut retenir de ce dernier rapport du GIEC c’est que des actions collectives et systémiques sont nécessaires.

Ensemble, protégeons notre climat, protégeons l’Océan.

Pour lire le rapport : https://www.ipcc.ch/report/ar6/wg2/ 

Articles similaires

09/02/22

Les ambassadeurs Eurocean’s Youth présentent leurs recommandations aux ministres européens

Dans le cadre de la Présidence Française de l’Union Européenne, une conférence interministérielle ...

lire l'article
07/02/22

Eurocean’s Youth : un réseau pour penser l’Océan de demain

Ils ont entre 20 et 27 ans et ils ont commencé leur jeune carrière dans le secteur maritime ou souhaite...

lire l'article

nos valeurs

PASSION

La passion des océans, du littoral et des plaisirs qu’ils procurent anime toute personne qui porte Surfrider et guide l’action de l’organisation.

PARTAGE

Surfrider s’ancre dans la valeur du partage et de la participation par l’inclusion et la diversité.

RESPECT

Surfrider recherche une relation harmonieuse entre l’humain et la nature.